AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 First Night • Sullily ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message

avatar

Inhabitants of Pagford

Dossier
CV:
Rps: Disponible
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: First Night • Sullily ♥   Mar 7 Avr - 23:15


Certains soirs, passer en coup de vent dans un couloir prenaient plus de temps que prévu, une simple ronde avait fini par une course effréné après deux loustiques à moitié défoncés qui riaient aux éclats, manquant de peu de réveiller tout un étage, pas assez de raffuts pour affoler qui que ce soit au fond, on avait l'habitude à Sweetlove House d'avoir des nuits agitées, surtout ces derniers temps, il fallait dire que le lieu n’accueillait pas les angelots de l’Angleterre, mais plutôt tout ceux qui se trouvaient mis au banc de la société. Une fois qu'on en avait l'habitude, on faisait avec et puis c'était ce qui faisait le charme de cet endroit lorsqu'on regardait bien. Mais Sully ne se laissait jamais avoir très longtemps dans ce genre de situation, et c'était en rattrapant les rigolos par le col qu'il les avaient remis à l'infirmier de garde, qui après les avoir examiné les avaient renvoyés dans leurs chambres sous le regard de l'éducateur qui c'était vu remettre une mission supplémentaire à sa nuit bien chargée. Rapporter les clefs du local infirmerie à Lily-Jo, qui devait à cette heure tardive dormir, du moins c'était ce qu’espérait l'irlandais tendis qu'il arpentait les couloirs, un je ne sais quoi de gène dans le regard. Depuis les dernières fois où ils c'étaient vu, une émotion étrange envahissait Sullivan à l'approche de la demoiselle. Sans s'en rendre compte ils c'étaient quelque peu dévoilés l'un à l’autre, et quelque part c'était un pari nouveau que leur relation établissait. Du moins pour le brun qui jusqu'ici, et à quelques exceptions prés, n'avait ressentit d’intérêt pour pas grand monde, il faisait son taf, essayait de se détacher psychologiquement des situations difficiles des gosses, après tout il avait vu pire à travers le monde, mais qui pouvait se montrer totalement détaché face aux regards de certains de ces mômes lorsqu'il les voyait arriver pour la première fois dans l'école … parfois ce boulot était bien difficile après tout. Mais la jeune femme avait réussit à amener un vent nouveau dans sa vie depuis ce fameux jour ou il avait particulièrement merdé en arrivant blessé dans l'infirmerie. Il c'était sentit con, mais finalement ils avaient pris un chemin différent depuis, ils avaient partagé un moment moins tumultueux et leurs caractères c'étaient apaisés. Ils n'étaient pas du genre facile tout les deux, mais finalement c'était peut-être pour ça qu'ils se rendaient compte qu'ils ne s'entendaient pas si mal.

L'anneau des clefs tournait autour des doigts du O'Breaden, laissant derrière lui, ce petit bruit de cliquetis caractéristique résonnant dans le couloir. Il était passé par ses appartements et tenait deux bières en bouteille dans sa main libre. L'irlandais savait que la jeune infirmière aimait la bière, ce qu'il savait moins, c'était pourquoi il avait décidé d'en prendre avec lui pour simplement rendre ces clefs à la jeune femme. Passer une bonne soirée à discuter avec elle, lui ? Avare de paroles comme il était et si peu dégourdis dans la discussion … peut-être changeait-il sans s'en rendre compte.

Arrivé au niveau de la porte de l'infirmière, Sully passa sa main ganté dans ses boucles emmêlé et fixa la porte avec un regard presque furieux. Il était prêt à faire demi-tour réalisant soudain qu'on l'avait prit pour un pigeon voyageur, il n'aimait pas ça, il aurait refusé en temps normal, dans n'importe quelle situation il aurait dit qu'il avait mieux à faire, mais il était là … alors maintenant il fallait qu'il choisisse entre rebrousser chemin et rendre ces foutus clefs à Lily-Jo lorsqu'il passerait devant l'infirmerie le lendemain, ou frapper à cette porte.

La main de Sully se leva, son index se pliant, et tapa contre le bois. Cette vielle porte allait parfaitement avec le style de cette aile du château, elle semblait neuve, mais en réalité elle était lustrée et nettoyé toute les semaines par ce bon vieux Finnley Kelly qui ne supportait pas une seule poussière dans le château, et dire que la chambre de l'éducateur était parfois bien plus en bordel que celle des gamins.
A cette pensée un sourire naquit sur le visage de l'homme qui ne s'attendait pas vraiment à ce qu'on lui ouvre. Baissant la tête et gardant son sourire d'enfant amusé, Sully resta planté là un instant, oubliant presque ce qu'il faisait ici, laissant le visage de Finnley couroussé virevolter devant ses yeux.

_________________
IRISH COFFEE
I'm not a super hero, and sometimes I feel like I'm just here for save the apparence (⚡️) Sullivan O'Breaden


Dernière édition par Sully O'Breaden le Sam 19 Sep - 18:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford

Dossier
CV:
Rps:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: First Night • Sullily ♥   Sam 11 Avr - 14:27

Assise en tailleur sur son lit, Lily-Jo essayait tant bien que mal d'étirer ses bras en l'air pour détendre les muscles de son dos. Les séances d'entraînement sur Luc pour son diplôme de kinésithérapie s'avéraient fructueuses mais personne n'était là pour l'aider à délier ses membres à elle à la fin de la journée. C'était quand même un comble pour les gens qui exerçaient ce métier de finir aussi mal en point. Mais le travail payait et c'était tout ce que voyait Lily-Jo. C'était un projet auquel elle pensait depuis longtemps. Elle en rêvait en tant qu'élève lors de son pensionnat et l'idée s'était mise en place quand elle avait commencé son internat. Ayant fait parti de la branche sportive de Statton, elle savait comme il était agréable et nécessaire de prendre soin de son corps. Et de son temps, à part soigner les blessures des entraînements et des compétitions, les médecins de l'école ne faisaient pas grand chose de plus pour les athlètes.

Si elle était impatiente de passer l'examen car elle était certaine de l'avoir, la jeune femme était moins emballée à l'idée de partir de Pagford pour une journée. Elle avait essayé par tous les moyens d'obtenir l'autorisation de faire le test à distance mais le refus avait était catégorique. Lily-Jo devait se résoudre au fait qu'elle allait retrouver la capitale et cette perspective la terrifiait. Elle avait tenté de persuader la direction que c'était un risque qu'elle quitte l'école ainsi, un enfant, voire même plusieurs pourraient avoir besoin d'elle. Mais en réalité, lorsque l'on s'appelle Lily-Jo Miles, on apprend rapidement que si l'on tient un tant soit peu à quelque chose, il y a de fortes chances pour qu'il disparaisse. Et les cauchemars fusaient dans les nuits de l'infirmière ces derniers temps. Elle rêvait que Charles mourait pendant son épreuve, que le château brûlait ou que Sully et Abbi avaient profité de son absence pour faire leur valise et partir loin de Statton.
Elle revenait devant ces grandes grilles et les trouvait fermées. Elle avait beau forcer, taper, appeler, elle restait bloquée à l'extérieur. Son dos se mettait à la brûler, son tee-shirt se déchirait et les plaies s'ouvraient à nouveau pendant qu'elle criait désespérément à l'aide pour que l'intendant arrive.

Lily-Jo venait de se réveiller d'un de ces horribles songes. Elle n'était pas de permanence et s'était écroulée en arrivant dans sa chambre. Son cauchemar l'avait réveillée assez rapidement et peu enclin à descendre en cuisine pour se faire une tisane sous risque de croiser Gareth, elle s'était mise à ses étirements pour retrouver un semblant de détente. Elle laissa retomber ses bras et se raidit sur son lit en entendant des pas dans le couloir. L'inconvénient de vivre dans une vieille demeure, bien que parfaitement entretenue. Les mouvements de chacun n'étaient jamais vraiment inconnus des autres. Lily-Jo n'avait pas été gênée lors de ses premières nuits à Statton, trop habituée au vacarme de la rue et trop soulagée d'avoir trouvé un refuge et d'avoir convaincu Charles. Mais beaucoup d'élèves avaient du mal à s'adapter à une colocation et au joyeux bordel organisé qu'il pouvait y avoir dans certaines chambres. C'était pourtant bien un luxe d'avoir une pièce pour deux, plutôt que des dortoirs géants comme en colonie ou dans d'autres pensionnats.

En tant qu'adulte, Lily-Jo était plus attentive aux différents mouvements dans le couloir. Il était réservé aux membres du personnel et ils n'étaient pas toute une meute de fêtards. Après un moment, tout le monde connaissait le pas des uns et des autres et pouvait le confirmer selon la provenance du son de la porte qu'on ouvrait. Mais là, aucun grincement, juste une allure inconnue qui semblait s'être arrêtée tout près de sa chambre. Le regard fixé sur la porte, elle tendit une main à tâtons vers la chaise de son bureau et attrapa le sweet à capuche gris à l'emblème de son ancien hôpital universitaire. Elle le serra contre sa poitrine, attendant. Si on était venu la chercher pour une urgence, ils auraient déjà toqué ou appelé son nom. Les pas ne se faisaient plus entendre, ne semblaient pas repartir pour continuer leur chemin. Elle sursauta légèrement quand une main s'abattit enfin contre le bois de la porte. Elle se leva, laissant tomber le pull sur le lit et silencieusement, s'avança vers l'entrée de la chambre.
Elle l'ouvrit avec précaution, faisait attention à cacher le bas de son corps dénudé derrière le battant et faillit la refermer aussi sec en tombant sur le sourire espiègle de Sully. Pendant un fragment de seconde, elle avait eu la sensation d'être une élève qui venait se faire réprimander par un éducateur. L'air de l'irlandais ne lui donnait pas l'impression qu'il avait été envoyé la voir pour ses compétences médicales. Mais Sully ne résidait pas dans cette aile du château alors elle n'arrivait pas à faire le point sur sa présence à une heure tardive. Lily-Jo arqua les sourcils pour montrer son étonnement et son interrogation et ouvrit un peu plus la porte, qui lui dévoila les bières qu'il tenait dans les mains.
Elle jeta un coup d’œil dans dans le couloir avant d'attraper Sully par le bras et le faire entrer dans la chambre. Elle le cala contre le mur avant de refermer la porte et encadra son visage de ses mains, angoissée.

« Ne me dis pas que tu es saoul ? »

Si quelqu'un avait vu l'éducateur dans cet état, il risquait d'avoir des problèmes. Les enfants en profiteraient, ne le prendraient plus au sérieux. Mais si un membre de la direction était au courant qu'il était dans un état pareil dans l'enceinte de l'établissement, la jeune femme avait peur qu'il reçoive un blâme ou pire. Et s'il quittait Statton, elle était convaincue qu'il repartirait au loin sans se retourner.


Dernière édition par Lily-Jo Miles le Dim 20 Sep - 14:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford

Dossier
CV:
Rps: Disponible
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: First Night • Sullily ♥   Mer 29 Avr - 21:51

Statton était un endroit étrange, cette grande battisse qui avait vu passer nombre de personnalités, une grande famille avait vécu ici, des gens importants, et leurs descendants. Qui aurait cru qu'un mec comme lui, un Irlandais qui avait parcourus la moitié du monde avec son sac à dos finirait par atterrir ici ? On le lui aurait dis quelques années plus tôt il aurait opiné de la tête, car rien n'était impossible, mais si en plus de cela on lui avait dit qu'il serait rester dans les parages plus d'une année, il n'y aurait certainement pas cru. « Il a la bougeotte. » disait l'oncle, c'était certainement vrai, Sully ne s'en cachait pas, il ne tenait pas en place, mais le lieu lui fournissait suffisamment d'adrénaline pour qu'il ne cherche pas à s’échapper.
Enfin ce n'était pas l’adrénaline qui l'avait poussé dans ce couloir, peut-être sa gentillesse quand à ce qu'on lui avait confié de remettre, mais il n'était pas tout à fait certain de cela non plus. Lui essayant d’établir le contact, même la foutu NASA n'aurait certainement pas réussit avec un type aussi compliqué que lui. Du moins compliqué en apparence à ce qu'il semblait aux yeux de beaucoup de personnes. Mais personne n'était comme Lily-Jo Miles, ça Sullivan commençait à le comprendre. Aucun môme n'était revenu dans le château pour travailler dans les murs qui les avaient sortis de la rue, mais elle oui, elle était revenue sur ses pas, et elle bossait bien. C'était un fait, elle bossait comme une dingue, il pouvait le voir lorsqu'il était en sa présence. Sa manière de s'occuper des gosses, de leur parler, de leur sourire, la précaution qu'elle prenait avec chacun, et même avec lui, au fond ça l'avait touché.
Qui aurait cru que la gamine couverte de cicatrices finirait par soigner celles des autres. Il ne savait pas grand chose d'elle, ce n'était pas lui qui était en charge de son minois lorsqu'elle était venue la première fois, mais certaines choses se remarques, et il était bien placé pour savoir ce qu'était une blessure.

Un cliquetis distinctif vint rompre la monotonie du couloir, et l'éducateur releva la tête, son sourire niais à la pensée d'un Finnley furieux toujours collé sur son visage encore quelque peu marqué par sa journée. La chevelure brune, ses sourcils bien dessiné et cet air légèrement paniqué qu'affichait Lily fit changer Sully d'expression du tout au tout, espérant ne pas l'interrompre à un moment trop impromptu. L'heure tardive et la non discrétion des bières qu'il tenait à la main semblèrent déstabiliser la demoiselle qui l'attira à elle l'instant suivant, refermant la porte à la hâte et se collant à lui prête à l'examiner sous toutes les coutures en lui demandant s'il n'était pas ivre.
Si le O'Breaden n'avait pas été choqué par la brusquerie du geste de la jeune femme il aurait certainement rit aux éclats, ce qui n'aurait pas réconforté l'infirmière sur son état d’ébriété, mais il ne faisait que la regarder, les yeux écarquillés, comprenant soudain qu'elle s’inquiétait pour lui. C'était bien rare que l'on s'inquiète ainsi pour sa personne. L'image de sa sœur aînée vint se superposer à celle de Lily et un nouveau sourire plus doux, plus franc ce dessina sur son visage, ses yeux pleins de tendresse se posant sur elle tendis qu'il attrapait les poignées de la jeune femme pour les abaissés, retirant ainsi ses doigts fins de son visage.

« - Du calme … j'ai pas bu une goutte ce soir. »

Sa voix chaude et calme sembla emplir la pièce d'une nouvelle teinte, mais lui ne le remarquait pas, bien trop amusé par la mine étrange qu'affichait la brunette. Elle n'était que très peu vêtue, mais cela non plus il ne le remarquait qu'à peine. Car il y avait quelque chose d’infiniment beau chez Miles, ses yeux … il avait l'impression de les découvrir pour la première fois réellement, toutes ces teintes semblables à un cristal plongé dans la mer, soudain il n'était plus question de l'Alaska, ou des lagunes de Cuba, il ne pouvait pas trouver de comparaison, c'était une nouvelle couleur qu'ils avaient.

« - Mais, si ça te dit, on peut arranger ça ! » dit-il en levant les bières qu'il avait à la main sous le nez de l'infirmière.

Il savait qu'elle aimait la bière, lui aussi ça tombait bien. Et puis il n'allait pas resté collé à l'entrée pendant trois heures non plus à se jauger du regard jusqu'à ce que le matin ce lève. Puisqu'il avait réussit à entrer dans l'entre de la jeune femme, autant qu'ils partagent un verre après tout.

Ils n 'étaient certes, pas obligés de boire, mais pourquoi ce refuser ce petit plaisir après tout. Puisque Sweetlove était calme et qu'ils n'avaient que peu discuter depuis la dernière fois au pub, il était temps d'en savoir plus l'un sur l'autre, puisque étrangement ils réussissaient plus ou moins à agir comme des personnes normales l'un avec l'autre, et c'était à la fois bon et rassurant de savoir qu'il y avait des gens qui ne cherchaient jamais à vous juger parfois.

_________________
IRISH COFFEE
I'm not a super hero, and sometimes I feel like I'm just here for save the apparence (⚡️) Sullivan O'Breaden

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford

Dossier
CV:
Rps:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: First Night • Sullily ♥   Sam 19 Sep - 23:58

« - Du calme … j'ai pas bu une goutte ce soir. »

Cette voix chaude et calme qui la fige et la stoppe dans son inspection. Cette voix chaude qui vous coupe la respiration un instant et la relance dans un soupir de soulagement, vous enlevant un poids sur la poitrine. On est passé à côté d'une catastrophe pour ce soir. Peut-être pour une courte durée, rien n'était écrit avec cet homme.
Ces mains qui encore une fois encerclent les vôtres et vous renvoient quelques mois plus tôt sur un lit d'infirmerie. Le geste est le même, la signification différente. Aucun malaise, aucun rejet, à croire qu'ils ont réussi en peu de temps à gérer les maladresses de l'autre. Une petite évolution, une petite victoire.
Ces yeux posés sur vous avec un regard nouveau, un regard qui ne vous a pas été adressé depuis des années. Lily-Jo ne s'en souciait pourtant pas. L'expression de Sully aurait pu lui dire « tu me fais chier » ou « je t'aime à en crever », elle aurait soutenu ses iris de la même manière, trop concentrée sur les conclusions de ses angoisses. Sully n'était pas saoul, personne n'avait pu le voir dans un état répréhensible par le règlement ou la direction. Il ne serait pas convoqué, suspendu pendant quelques jours ou renvoyé pour faute professionnelle. Non, Sully O'Breaden allait encore resté dans les parages, et ne tenait qu'à lui, pour encore un bout de temps. Et bien qu'elle mit ça sur le compte du soulagement, Lily-Jo ne pouvait ignorer ce pincement au cœur quant à cette réflexion.

« - Mais, si ça te dit, on peut arranger ça ! »

Les bières qui avaient causé tant d'inquiétude à la jeune femme revinrent dans son champ de vision. L'expression de Sully ainsi que le comique de la situation lui firent lâcher un éclat de rire, suivi d'un air faussement désespéré. Elle avait accusé, bien que réellement préoccupée, un collègue de s'être pris une cuite sans même prendre le temps de l'écouter. L'éducateur allait finir par croire qu'elle n'était qu'une de ses femmes carriéristes et autoritaires qui se donnait une telle froideur pour avoir un semblant de rigueur et de contrôle dans une vie où elles étaient en fait très seules.
En réalité Liy-Jo était très touchée par cette visite. D'autre aurait pu mal la prendre, l'heure tardive, l'alcool et des rapports encore récents auraient pu faire se refermer bien des portes devant le jeune homme. Mais Lily-Jo et Sullivan n'avaient pas eu une rencontre des plus traditionnelles et il fallait croire que cette nuit était une suite logique à leur façon d'être toujours à contre courant quand il s'agissait de côtoyer l'autre. Là où certains auraient vu une intrusion malvenue, Lily-Jo se sentait grandi de quelques centimètres qui la plaçaient à hauteur égale de Sully, en adulte. Il aurait pu aller au pub, chez Alan Powell ou même rester à Statton et s'asseoir quelques part avec Yann, mais il était bizarrement dans sa chambre et elle était reconnaissante de cette marque d'attention, l'élevant au rang de collègue. Avec un franc sourire, elle saisit une des bouteilles et s'écarta de Sully.

« Yann t'a posé un lapin ?  »

Réveillée pour réveillée, elle n'allait pas cracher sur une bière. La quantité ramenée par l'éducateur n'allait pas faire de dégâts. Il fallait croire que sa pinte au bar avait marqué l'irlandais, il avait visé juste en apportant cette boisson. A moins qu'il avait seulement fait au plus simple. Mais au final, c'était parfait.
Elle se tourna vers la pièce et bugua légèrement sur la situation. C'était certes un confort évident, plus que ses anciens foyers, plus que la rue et les squats ou certaines chambres d'hôtels mais cela restait une chambre et non un studio aménagé, ce qui réduisait considérablement la possibilité de recevoir du monde. Et Lily-Jo était loin d'être une experte en réception ou salon de thé improvisé. Elle se crispa nettement, sentant tout à coup comme une intrusion dans sa vie ; mais elle était bonne joueuse, elle avait ouvert les hostilités en posant des questions privées à Sully, à elle de faire un pas pour l'accepter dans son quotidien.
La jeune femme reprit sa position en tailleur sur son lit et montra d'un chambre d'un geste.

« Installe-toi, chaise, sol, mur, recoin. »

Son humour était foireux. Elle avait plutôt l'habitude de faire rire à ses dépends. Lors de ses années d'internat, sa répartie noire et ironique avait trouvé quelques acolytes mais désormais, il était malvenu d'utiliser ce genre de mécanisme en tant que professionnelle et entourée de tels enfants. Mais certaines piques sortaient encore parfois malgré elle et les gens se méprenaient souvent sur le sens premier de ses mots.
Elle attrapa son pull et essaya comme elle put de cacher ses jambes nues. Le vêtement n'était pas encore trop ancien mais l'on pouvait voir qu'elle l'avait porté et qu'il avait de multiples usages. C'était une des rares choses qu'elle avait gardé de sa vie d'internat et il lui tenait étrangement à cœur. Ainsi, en pyjama, assise sur son lit, une bière à la main et attendant qu Sully prenne place quelque part, elle se prit à vouloir rire. La situation était vraiment cocasse. A se faufiler dans la chambre de l'autre, en plein milieu de la nuit pour partager un moment alcoolisé, ils ne valait pas mieux que les élèves après qui courait Sully des soirées entières. Comme deux bons copains, incapable d'attendre le lendemain ou la fin d'un cours pour échanger quelques paroles.
Lily-Jo espérait d'ailleurs qu'aucun des gamins aurait besoin de son aide. Elle ne savait pas si elle serait morte de honte devant le quiproquo qui pourrait se faire ou si elle aurait du mal à contenir un fou rire, son regard en biais sur les yeux malicieux de Sullivan pendant leur remontrance.
Elle baissa le visage pour masquer l'amusement qui l'emportait sur le fait d'avoir un intrus sur son territoire pour la première fois. Un détail la fit quand même tiquer.

« Tu as un décapsuleur ? » 

_________________
“No one ever told me that grief felt so like fear.”
"He's dead. Charles is dead".


Dernière édition par Lily-Jo Miles le Dim 20 Sep - 14:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford

Dossier
CV:
Rps: Disponible
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: First Night • Sullily ♥   Dim 20 Sep - 13:47

Rien ne bougeait plus, et il n’y avait que les yeux qui se croisaient en cet instant. Un instant infini ou encore une fois Sully se perdit dans le bleu des iris de Lily. C’était idiot, il se faisait la réflexion à lui-même, chez lui les yeux avaient tous la profondeur de la nuit, chez elle ils étaient clairs et étoilés, à croire que leurs planètes n’étaient pas vraiment alignée, que tout en eux ne faisait que créer de la différence. Mais le O’Breaden laissât tout de même le sourire accroché à ses lèvres. L’odeur de la pièce l’odeur de Lily, il lui semblait qu’elle était douce et bienveillante, comme une invitation au partage. L’infirmière saisit une des bouteilles avec un éclat de rire et Sully s’ébroua en la suivant du regard avant de faire quelques pas supplémentaires dans l’antre de la demoiselle. Il la vit inspecter un moment la chambre, puis s’asseoir sur son lit. Ses jambes découvertes laissaient voir une peau d’une blancheur de lait, le regard de l’éducateur ne put faire l’impasse sur la longueur et les muscles légèrement saillant qui parcourait ses cuisses. Reprenant ses esprits en quelques secondes il leva un doigt incrédule.

« Plafond ? Non parce que je ne suis ni mur ni coin si ça te vexe pas. »

Son sourire s’élargit, elle avait un humour à la hauteur du sien et il plongeait la tête la première surenchérissant ce qui n’était à proprement parler pas une blague, ou du moins qui n’en aurait pas paru une au commun des mortels. Mais Sully laissa à son tour un rire lui échapper, un rire franc et amical et il alla tout naturellement s’asseoir à côté de Lily-Jo tandis qu’elle le questionnait sur Yann. Secouant la tête sans répondre Sully cala ses coudes sur ses genoux, légèrement penché en avant pour ne pas avoir dans la périphérie de sa vision les cuisses de la jeune femme.
Il sentait déjà une douce chaleur lui tirailler la nuque et lui picoter le bas du ventre. Ce pur instinct animal qu’il fallait réprimer sans cesse, ce qu’il pouvait lui pourrir la vie ce sang chaud et bouillonnant qui parcourait ses veines. Lui le gars du Nord était fait de terre et pourtant le feu l’habitait sans cesse, un feu qu’il avait bien du mal à éteindre la plus part du temps, que ça soit dans la colère ou dans l’amour, souvent dans les deux, il n’était pas un modèle.
Jamais Sullivan O’Breaden n’avait prétendu être un saint, jamais il n’avait voulu en être un, il n’était pas Eileen, il faisait parfois mal les choses, il s’emportait, tapait du poing, laissait parler ses mains. Chaque nouvel arrivant dans le château était prévenu s’il avait l’Irlandais en éducateur, il ne fallait pas le chercher trop longtemps. Sully était un bon pote, certains le voyaient comme un grand frère un peu sombre, mais personne ne voulait se mettre sur sa liste noire.
Si ils savaient tous qu’il était d’autant plus dangereux d’être sur sa liste rouge, car la passion n’allait pas au O’Breaden, il était un être qui ne se complaisait pas dans les relations, sans les collectionner Sully n’aimait pourtant surtout pas les faire durer, douleur dû à l’enfance, sentiment d’abandon, abandon de sa famille qu’il traduisait dans ses relations, culpabilité, allez savoir pourquoi il en était là, mais c’était un fait.
Lily le fit presque sursauter tandis qu’elle le questionnait sur le décapsuleur. Il n’y avait pas pensé c’est vrai, il n’y pensait jamais.
Le brun passa alors les mains sur les poches de son jean et passa l’une d’elles dedans. Les clefs de l’infirmerie tintèrent sous ses doigts et il les sorties.

« Ah oui … j’étais passé pour te remettre ça en fait… bah écoute ça fera un très bon décapsuleur ! »

Haussant les épaules, un sourire narquois se dessinant sur ses lèvres épaisses et bien dessinée, Sully tendis la main vers la bière de Lily, avec une nonchalance presque enfantine son regard toujours posé sur le trousseau qu’il avait dans l’autre main, cherchant la meilleure clef pour libérer le liquide pétillant.
Arrêtant net son geste en se rendant compte qu’il venait d’effleurer le sein de Lily par mégarde, Sullivan releva la tête vers elle d’un coup, son regard à la fois coupable et emplit de désir. Il fallait qu’il dise quelque chose qu’il fasse quelque chose, qu’il détende l’atmosphère qui semblait s’électriser soudain sous son geste de balourd. Il était décidément un homme peu raffiné.

« Je… Excuse-moi Lily. »

Sa main n’avait pas bougé d’un pouce, se trouvant à quelques millimètres à peine de la poitrine de la jeune femme, son geste arrêté comme suspendu dans le temps pendant encore quelques secondes. Se rendant compte de la stupidité de son attitude, Sullivan rapporta sa main fautive à lui et entreprit d’ouvrir sa propre bière. Tant pis pour la politesse, il avait besoin de boire quelque chose, sinon sa gorge se transformerait en torrent de lave il le sentait.
Le « pschii » caractéristique se fit entendre et il tendit les clefs à l’infirmière dont les cuisses et la poitrine lui semblait soudainement plus dénudé que jamais, une vue de son esprit en cette heure tardive. C’était une mauvaise idée de venir certainement, mais il n’avait pas envie de repartir, non aucune envie de s’en aller.

_________________
IRISH COFFEE
I'm not a super hero, and sometimes I feel like I'm just here for save the apparence (⚡️) Sullivan O'Breaden

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford

Dossier
CV:
Rps:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: First Night • Sullily ♥   Dim 20 Sep - 14:06

Ce scénario ne serait jamais venu l'esprit de Lily-Jo si on lui avait demandé d'imaginer sa vie dans quelques années lors de son arrivée à Statton, Clairement elle n'aurait pas coché la case « encore vivante, au service de l'établissement ». Les études d'infirmière, elle les avait commencées par dépit, Charles lui avait bien fait comprendre qu'elle était déjà âgée pour le pensionnat et qu'elle ne pourrait pas rester aussi longtemps que les autres élèves. Il lui fallait donc un plan de secours si elle ne souhait pas retourner illico presto dans la rue. Les capacités intellectuelles étaient là, seule la motivation faisait défaut. Mais elle avais acquis des techniques et des doigts de fée durant ses années d'errance qui lui ouvraient une voie. Et quelque part, c'était également un clin d’œil à Luc, seule figure parentale qui lui restait. Elle avait donc entrepris sa formation à distance sans conviction. Jusqu'à cette nuit là.

Cette sensation que quelque chose ne va pas. Sa tête qui se tourne vers le deuxième lit de la chambre, vide. La lueur de la lampe du bureau qui se reflète sur la lame. Ses mains qui se retrouvent sur le poignet de Sarah pour arrêter le sang. Les cris de l'adolescente. Les premiers coups qui se font sentir pour la faire lâcher prise. Les premières égratignures qui se forment sous l'esquive. Ses cris qui se mêlent aux siens, lui disant d'arrêter. Le fracas de la porte. Ses boucles brunes qui apparaissent subitement. Ses bras qui encerclent Sarah. Le couteau qui tombe au sol. Le son lointain de sa voix. Et ses bras qui ceinturent toujours Sarah pour la sortir de la chambre. Les yeux de Lily-Jo qui cherchent désespérément à croiser les siens.

« Est-ce que ça va aller ? »
« Ne me laisse pas ici »
« Reviens me chercher s'il te plaît »


Elle n'avait pourtant revu Sully que plusieurs jours plus tard dans une salle de réunion avec l'équipe de Statton pour raconter ce qu'il s'était vraiment passé. Triturant les bandages sur ses avant-bras, elle avait tout relater sans vraiment regarder personne, car son esprit était bien loin de cette pièce, construisant une nouvelle envie, un nouveau départ. Elle avait décidé de vivre. Arrêter de survivre mais de réellement vivre . Cela n'avait pas été évident à changer, certains réflexes étaient bien ancrés mais complètement incompatibles avec ses nouveaux projets. Elle s'était alors tournée vers un des éléments qui l'avaient mise sur cette voie : Sully. Elle l'avait observé en tant qu'éducateur, en tant que personne et en tant qu'homme, modèle qui avait toujours plus parlé à Lily-Jo que la version féminine. Mais sans jamais s'approcher. Il n'avait pas cherché à venir voir comment elle allait après tout ça et elle n'était pas l'un de ses gamins. Hors de question de donner à cet homme des signes erronés du syndrome du Prince Charmant. Surtout qu'avec ses cheveux emmêlés, sa barbe de trois jours et ses éternelles mitaines, on aurait pu enfermer la jeune fille pour ses goûts douteux.

Et pourtant ces boucles brunes, ses yeux incroyablement expressifs, ce sourire de canaille en coin, ce visage qui laissait la vie faire son œuvre, c'était absolument tout ce qu'elle souhaitait à l'instant précis. Comme si le geste de Sully lui donnait tout à coup le signal qu'elle attendait inconsciemment depuis un moment, bien qu'elle avait remarqué sa nature tout à fait involontaire. Mais elle était une femme et elle voulait cet homme, ô combien désirable. Elle n'était pas la seule à regarder cette beauté du coin de l’œil. Statton et Pagford étaient remplis de filles, plus ou moins majeures qui rêvaient d'une nuit avec Sully, voire plus. C'était bien là la différence avec Lily-Jo qui en aucun cas ne voulait s' enchaîner, mais elle était contrairement aux apparences, humaine, et l'irlandais avait un absolu contrôle sur ses hormones et son désir.
Ses phalanges se crispèrent sur la bière toujours fermée pour tenter de contenir leur tremblement. Elle voulait que ces mains qui avaient empoignées Sarah se posent sur elle pour lui dire :

« Tout ira bien »
« Je reviens vite »
« Tu vois, je suis là »


Etre dans une chambre de Statton en pleine nuit avec Sullivan O'Breaden, même dans un contexte totalement différent faisait remonter beaucoup de choses en elle. Tout s'était passé de façon presque indirecte, pourtant elle lui devait tellement quand elle y réfléchissait. Elle lui prit délicatement les clés de son domaine des mains et les posa à coté d'elle en baissant la tête, L'émotion lui prit la gorge comme rarement quand elle lui confessa :

« Sullivan, merci. Merci vraiment pour ce soir là. » 

_________________
“No one ever told me that grief felt so like fear.”
"He's dead. Charles is dead".


Dernière édition par Lily-Jo Miles le Dim 20 Sep - 19:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford

Dossier
CV:
Rps: Disponible
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: First Night • Sullily ♥   Dim 20 Sep - 15:05

L’homme a beau se contrôler, subvenir aux besoins primaires, il n’en est pas moins un homme. L’homme est un être de chair, et quoi de plus dangereux que la chair ? Rien sinon les émotions. On ne pouvait pas dire qu’une seule bière puisse émousser les sens d’un homme comme Sullivan O’Breaden, et pourtant il sentait une chaleur étrange monter le long de son dos, emprisonner sa nuque et assouvir son visage. Il ne contrôlait plus grand-chose, si ce n’est la honte, une honte infime d’avoir ainsi touché Lily-Jo et de ne rien avoir su lui répondre, ni même s’excuser correctement, et pourtant ce contact, une partie de lui ne le regrettait absolument pas, comme si une infime parcelle de son âme était attiré tel un aimant vers la jeune infirmière.
Puis le regard de Lily changea tandis qu’elle ouvrait sa bière tandis que le liquide pétillant coulait un peu plus dans sa gorge à lui. Un remerciement, une chance d’enfin sortir de cette relation étrange qu’ils entretenaient tous les deux, ils n’avaient pas évoqué ce soir-là, ce soir où lui avait simplement fait son boulot, et où elle avait posé des yeux incroyable sur lui. Les yeux de Lily-Jo Miles, la jeune fille n’en avait aucune idée mais cela avait été un des sujets favoris des éducateurs durant des mois, une telle distance dans des yeux si glacials mais d’une telle beauté. Tout l’inverse des siens qui étaient à la fois sombre, animal et chaleureux. Tout son opposé, c’était ce qu’elle était.
L’émotion qui nouait la gorge de l’infirmière rendit un instant l’éducateur nerveux. Il avait envie de la prendre dans ses bras, de lui dire que tout allait bien, que cette histoire était derrière elle, qu’elle n’avait pas à le remercier, qu’ils étaient deux adultes maintenant, deux adultes qui continuaient d’œuvrer pour une seul chose, cette même chose qui avait fait agir Sully ce soir-là.
Pour la première fois l’irlandais se sentait en osmose avec quelqu’un dans cette école, pour la première fois il comprenait pourquoi il faisait ce boulot depuis tout ce temps sans se tirer comme à son habitude. Il aimait ce sentiment, se simple sentiment d’être utile à quelque chose au moins une fois, de ne pas être qu’un pion comme les autres. Le sentiment d’aller de l’avant.
Un sentiment qui se liait étrangement avec la sensation de tomber encore plus profondément dans les yeux de Lily-Jo. Elle l’avait appelé par son prénom, mais il se ne souvenait déjà pratiquement plus du son de sa voix, l’adrénaline l’avait assaillit.
Sans prévenir, sans se soucier même de la volonté de la jeune femme, sans attendre un encouragement supplémentaire, il s’approcha d’elle, colla ses lèvres contre les siennes, et laissa ses sens partir dans une pulsion animal qui le dévorait. Ses lèvres chaudes rencontrant la douceur tendre de la demoiselle.
Le pas avait été fait, et il ne comptait pas revenir en arrière, pas avant qu’elle ne le repousse d’elle-même, passant ses mains sur la nuque gracile de la jeune femme, jouant entre ses doigts bourrus avec les mèches lisses des cheveux de l’infirmière.
C’était certainement mal, c’était certainement la dernière chose à faire ce soir que de se laisser emporter, que d’oublier d’où ils venaient tous les deux et où ils en étaient. De se rappeler qu’ils n’étaient pas les plus doués en communication et que ce n’était pas de cette manière-là qu’on se faisait des amis, qu’il fallait s’y prendre autrement que d’écouter la fougue qui palpite au creux de son ventre. Mais c’était trop tard déjà.
Sully oubliait tout, sans avoir envie de revenir en arrière. Lily avait été élève ici, lui avait été autre fois un élève ailleurs, quelle différence cela faisait.
La demoiselle était belle, elle dégageait un je-ne-sais quoi qui le rendait plus doux et plus sûr de lui, poser ses yeux sur elle faisait ressortir ce qu’il y avait de mieux en lui, elle le réconfortait sans s’en rendre compte, lui il ne servait à rien mais elle l’avait remercié, un simple merci, une franchise qui lui avait donné des ailes, des ailes il ne savait pas vraiment ce que c’était, mais il répondait à cette phrase avec la seule réponse que son impulsivité et que le peu de vocabulaire qu’il pensait avoir lui donnait. Il l’embrassait avec toute la fougue qu’il pouvait donné à ce premier baissé, ses doigts s’imprimant un peu plus dans la peau de la jeune femme, laissant le vide qui c’était trouvé entre eux s’amenuiser à mesure que son souffle se coupait, bientôt il n’aurait plus d’air et pourtant il avait l’étrange impression de n’avoir jamais aussi bien respiré depuis longtemps.

_________________
IRISH COFFEE
I'm not a super hero, and sometimes I feel like I'm just here for save the apparence (⚡️) Sullivan O'Breaden

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford

Dossier
CV:
Rps:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: First Night • Sullily ♥   Jeu 24 Sep - 23:46

Cette confession, ces remerciements, elle attendait de les faire depuis tellement d'années. Dès le lendemain de cette soirée, l'envie l'avait prise mais quand elle avait souhaité faire un pas vers Sully, un de ses gamins l'avait hélé et elle était retournée dans l'ombre du couloir. Puis le temps s'était écoulé, les occasions rarement présentées et la peur d'aller toquer à la porte des éducateurs et que de nombreuses paires d'yeux se posent sur elle, avaient encore retardé la chose et l'heure de son départ de Sweetlove House était venue sans qu'elle n'ait tenté quoique se soit. Elle avait culpabilisé pendant ses années d'internat et avait même à plusieurs reprises à peine piqué mot quand on lui avait rendu des faveurs, comme si remercier quelqu'un allait enlever en gratitude les mots qu'elle attendait de dire à Sully. Lily-Jo n'avait pourtant aucune idée si l'Irlandais serait toujours au château à son retour mais elle avait grandi, et si tel n'était pas le cas, elle n'aurait pas hésité à demander s'il avait laissé une adresse où le joindre au cas où. Mais l'éducateur était bien là lors de la réunion de pré-rentrée, le même sourire d'enfant, les mêmes boucles brunes. Comme il n'avait pas vraiment eu l'air de la resituer, Lily-Jo avait décidé de patienter jusqu'à ce que leur lien en tant que collègue soit un peu plus évolué.
Il fallait croire qu'avec Sully elle devait apprendre à ne pas avoir de plan car jusqu'à présent elle était loin de suivre le schéma habituel des relations qu'elle entretenait avec d'autres êtres humains. Durant pratiquement un an, ses rapport avec O'Breaden s'étaient arrêtés à quelques mots et échanges de regard lors des réunions et il avait suffit de quatre-cinq rencontres ces derniers mois pour qu'elle en vienne à le tutoyer, le traiter comme un enfant, partager un verre avec lui, lui poser des questions sur sa famille et oser quelques confidences par des phrases minimes sur la sienne. Elle s'était quand même retenue de lui présenter ses remerciements, voulant passer à l'action quand leurs discussions passeraient un cap plus important, sans cet embarras qui surgissait par moment et qu'ils masquaient par leur humour particulier. Mais le fait est que sa vision de Sully avait changé en même temps qu'elle et de leurs progrès récents. Lily-Jo le voyait avec ses yeux d'adulte désormais et ce qu'il lui renvoyait allait au delà de la gratitude. Alors l'infirmière s'était déchargée de ce poids qu'elle traînait depuis bien trop longtemps. Au diable que le moment ne soit pas parfait, qu'il était sûrement trop tôt ou qu'elle aurait peut-être dû tout simplement se taire ou encore qu'il ne comprenne pas la mesure de ces mots. Pourtant, au vu du silence qui suivit sa déclaration, elle su qu'elle avait rendu Sully mal à l'aise, l'air s'était chargé d'une atmosphère plus pesante.

Malgré cette lourdeur nouvelle, malgré sa gorge sèche, sa bière déjà ouverte ne l'attirait plus, elle servait uniquement à cacher la nervosité de ses mains. Lily-Jo eu à peine le temps de la poser sur sa table de nuit que la chaleur des lèvres de Sully rencontrèrent les siennes. Aucune surprise, aucun recul. Non, juste une satisfaction, une curiosité qui lui bouffait le ventre depuis quelques semaines enfin assouvie. Et si elle ne s'était pas trompée sur le ressenti que pourrait avoir ce baiser, Sully l'étonnait quand même par ce subtil mélange de force et de douceur. Ses pensées en demandaient déjà plus, incapable de savourer pleinement ces premières secondes, trop avare de cette sensation qu'elle n'avait pas expérimentée depuis son retour à Statton, trop avare du fait qu'il s'agissait de Sullivan O'Breaden qui le lui donnait et posait sa main sur sa nuque, répondant involontairement à ses attentes.
Elle ne savait pas si c'était pour la faire taire ou pour lui dire qu'il avait compris. Mais quand la bouche de l'éducateur accentua sa pression, Lily-Jo se sentit pousser des ailes. Elle avait la sensation qu'ils effaçaient tout ce qui s'était passé depuis ce soir là. L'interdit qu'avait été leur statut élève-éducateur, leurs débuts difficiles, leur différence d'âge. A cet instant ils n'étaient plus qu'un homme et une femme, deux adultes conscients de leur acte, complètement sobres et Lily-Jo ne pouvait pas éprouver plus de soulagement. Ou peut-être était-ce la suite logique de la relation. Jouer carte sur table, évincer ce sujet qui les mettait mal à l'aise depuis trop longtemps. La tension de ce non-dit s'était transformée en une autre boule d'électricité qui les avait amené à l'extérioriser de cette façon.
Les doigts de Sully jouant avec ses cheveux faillirent lui faire lâcher un gémissement mais elle n'était pas du genre à se laisser aller si facilement. La rareté de ce type d'intimité lui faisait analyser tout ce qui se déroulait. Le corps de l'Irlandais se rapprochant doucement du sien pour appuyer encore plus leur échange, la chaleur qu'il dégageait comme beaucoup d'hommes. Sa main qui enserrait sa nuque, qui lui donnait enfin ce contact qu'elle avait tant fantasmé. Lily-Jo voulait voir jusqu'où tout ça allait les conduire et rompit le baiser pour monter à califourchon sur les cuisses de Sully. Elle lui prit sa bière des mains pour la déposer au sol, les yeux rivés sur ses lèvres pour lui faire comprendre qu'elle ne coupait pas court à la situation.
Elle tissa ses phalanges à ses boucles brunes alors qu'elle se réappropriait la bouche de Sully, se délectant de cette sensation si agréable de la tignasse emblématique de l'éducateur sous ses doigts. Elle laissa le temps à celle de Sully de reprendre ses marques sur elle et en ancrant son regard dans le sien, elle passa la barrière de sa veste ouverte pour attraper les pans et du tee-shirt d'O'Breaden et faufiler ses mains en dessous.

_________________
“No one ever told me that grief felt so like fear.”
"He's dead. Charles is dead".

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: First Night • Sullily ♥   


Revenir en haut Aller en bas
 

First Night • Sullily ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Shadow Night
» Fight Night Round 4
» Armée du chaos, Night Lord
» Le Golem dans Night slashers ?
» Virtua cop 1 et Vampire night

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The casual vacancy :: Days of futur past-
Membre du mois

Jack o'Benrose