AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message

avatar

Inhabitants of Pagford
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas    Lun 1 Juin - 22:57







Nicole Vause-Simons

Feat. Emma Greenwell



Nom • Vause, pour son père, Simons, pour sa mère Prénom • Nicole alias "Nicky" Date de naissance • 05/03/1993 Âge • 22 ans Situation • Célibataire Orientation • Bisexuelle Activité • Vendeuse dans une librairie Résidence • Pagfrod Membre du conseil • Non, je laisse cette tâche à mon père Qualités • Directe / Pince-sans-rire / Joueuse / Futée Défauts • Intimidante / Vulgaire / Effrontée / Râleuse On dit de moi • Que je suis la honte de la famille, celle qui pour se démarquer de sa sœur et son frère aiment jouer au voyou, et je sais que mon attitude désinvolte ne plait pas dans cette petite bourgade qu'est Pagford.

Histoire
Aux premiers abords, cette petite brune avec un piercing au nez et aux allures de bad girl n'a rien d'une gamine de Pagford. Son look qui fait d'elle la rebelle de la bourgade semble provenir tout droit des rues malfamées des Champs. Et pourtant qui aurait cru que cette voyou était en réalité de la pure graine pagfordienne ?

Nicole Vause-Simons est plus communément appelée Nicky ou simplement Vause, le petit surnom qu'on lui donnait dans le pensionnat où son père l'a fait pourrir toute son enfance. Plutôt ironique qu’elle réutilise son nom de famille à lui, quand on connaît ses rapports avec son paternel... Parlons de lui d'ailleurs, Leonce Vause, l'enfer de Nicky, membre actif de la petite bourgade de Pagford, avocat, plutôt blindé niveau frique. Il est marié à la très belle et célèbre Johanne Simons, actrice qui a connu un assez grand succès à une époque, elle mit sa carrière entre parenthèses pour s’occuper de sa famille. Maintenant que ses enfants sont grands elle rêve d'une vie de bohème et de voyages… Très mal à l'aise à Pagford, elle passe son temps à faire des allers-retours entre Londres et cette petite bourgade, son occupation préférée est de cultiver son cercle d’amis.
Puis vient leur fille aînée, Julianne, la beauté, la classe, le charisme... Tout ce dont Leonce rêvait, ainsi qu'une véritable princesse pour Johanne. Le dernier de la famille, Noah, un vrai petit génie, garçon chéri de sa mère. Et entre les deux, la cadette de la famille, le boulet que se traine Leonce, Nicole, un prénom héritée de sa grand-mère paternelle, qu'elle peine à honorer. Nicky représente tout ce que son père déteste, pour lui sa fille n'a qu'un but dans la vie : lui ficher la honte. Elle n’a rien à voir avec le reste de sa famille, sur les photos elle fait tâche, elle ne leur ressemble pas.

• • •

« Tu le veux à quoi ton thé, chérie ? » Nicole avait huit ans, la tête plongée dans son livre, elle n'écoutait rien. Elle parlait peu, c'était une sacrée mutique, toujours l'esprit ailleurs. Elle était rentrée à la maison pour le week-end, le reste de son temps elle le passait dans ce pensionnat pour fille où Johanne et Leonce avaient inscrits leurs deux aînées. Ils ne croyaient pas au système éducatif à Yarvil, et voulaient le meilleur pour leurs enfants. « Chérie ? » La voix de son père l'a fit enfin réagir, elle releva la tête de son livre. « Hein ? » Il lui sourit avec bonhommie, il n'était comme ça qu'avec ses enfants. « Ton thé ? » Elle le regarda comme s'il parlait d'un truc totalement absurde. « Bah oui, bah je sais pas moi ! Je m'en fous, Earl Grey ? » Déjà elle avait ce ton brusque et difficilement supportable pour les adultes, toujours très désinvolte, mais Leonce se disait que c'était seulement parce qu'elle était déjà très mature. Il fallait voir le nombre de livres qu'elle dévorait, et puis elle ramenait de bonnes notes. Leonce plaçait de grands espoirs en elle, sa sœur c'était le charisme, mais Nicole serait l'intelligence. Les deux réunies elles feraient des miracles ! « Sois plus aimable ma Nini. » Elle esquissa un sourire pour s'excuser, elle avait été dure, elle avait du mal à gérer ses élans, elle était toujours très impulsive. « Merci papa ! » Dit-elle alors qu'il lui amenait une tasse de thé et qu'il déposait dans la foulée un baiser sur son front.

Il était difficile d'imaginer que les rapports de Nicky et de son père avaient pu être un jour aussi simples et paisibles. Quelques années plus tard, les choses changèrent radicalement. Nicky avait quatorze ans, le début de l'adolescence. Elle aimait l'internat, elle détestait retourner chez elle, elle préférait sa bande de potes là-bas. A Pagford tout semblait ennuyeux, alors elle rentrait rarement contrairement à cette fayote de Julianne.
Elles faisaient les quatre cent coups avec ses camarades. A la base, rien de bien grave, elles se faufilaient juste la nuit hors de l'internat pour traîner dehors, boire et fumer un peu. Puis un soir elles s'étaient faites attrapées, les parents avaient été prévenus. Elle se souvient encore des mots de son père : « J'ai honte de toi. » Sa mère avait été moins dure, elle lui avait simplement demandé de ne plus recommencer : « On fait tous des erreurs, l'important c'est d'apprendre d'elles par la suite. » Johanne avait toujours voulu se la jouer mère cool, proche de ses enfants, alors pour une première connerie elle n'allait pas jouer les emmerdeuses.
Le problème c'est que des conneries de ce type, ça se reproduisit, trop de fois. L'internat parla même d'exclure Nicky pendant un temps, mais ce n'était que des menaces. Vause ne se ferait jamais virer, elle était l'une des meilleures élèves et ils avaient intérêt à la garder s'ils voulaient conserver au top le niveau de leur établissement. Depuis le temps qu'ils essayaient de se forger une réputation dans ce pays, ils n'allaient pas laisser un de leur meilleur élément filer.

Sa réputation de rebelle n'était plus à refaire à l'internat, mais à Pagford elle était encore la fille chérie de Leonce Vause, celle dont il vantait sans cesse les mérites auprès de tous ses voisins. Au fond, que sa fille ne rentre quasiment jamais à la maison l'arrangeait plutôt, lui et sa réputation.
Mais vint ce fameux évènement au cours de l'été 2009, Nicky avait alors dix-sept ans. Elle avait invité une amie de l'internat à passer les vacances, elle s'appelait Molly, une petite londonienne aux parents richissimes. Ceux-ci devaient être trop occupés pour l’éduquer car elle avait une attitude déplorable, même Johanne supportait mal sa présence dans la maison, encore plus quand elle se mettait à parler la bouche pleine pour faire des blagues salaces. Une beauf, l'avait qualifiée l'actrice. En ce qui concernait Leonce, il voyait d'un très mauvais œil cette petite camarade, il était de plus en plus choqué par un tel comportement et voir que tout cela semblait plaire à sa fille le chamboulait totalement. Il ne l'a reconnaissait plus.
Mais il ne se doutait pas encore à quel point Molly plaisait à sa chère petite Nini. Un matin les deux jeunes filles tardaient à se lever, pris d'un de ses élans paternels il décida d'aller les réveiller en douceur. Il toqua furtivement à la porte de la chambre et l'ouvrit sans attendre de réponse, mais ce fut pour se retrouver face à un bien joli spectacle. « Mmh, Vause... » Susurrait Molly, enveloppée dans les draps, les yeux fermés tout en se mordant la lèvre inférieure. « Hein ? Pardon ? » Demanda Leonce incrédule, était-ce encore une de ces satanées blagues ? « Oh putain ! » Lança soudainement Molly, tout en s'agitant et en tirant sur la couette comme pour dissimuler quelque chose. « Mais qu'est-ce que fait Nicole là-dessous ? » Cette dernière sortit la tête de sous la couette, s'essuyant d'un revers de la main la bouche. Il n'en fallut pas beaucoup plus à Leonce pour comprendre.

Cet épisode dans le quotidien de la petite famille Vause-Simons fut l'objet d'un véritable scandale. Pour Leonce, sa Nicole venait de lui faire un terrible affront, il aurait pu tout lui pardonner, mais ça... Tout le monde avait été mis au courant dans la maisonnée, Johanne en avait ri, Julianne n'avait pas cessé d'arborer son petit sourire hautain qui donnait envie à Nicky de lui foutre deux baffes, quant à Noah, on le tenait bien à l'écart de toute cette affaire. Mais Leonce... Il était outré, découvrir sa fille dans une telle posture était le pire des cauchemars pour lui. Elle le dégoûtait, il ne lui avait plus adressé la parole pendant plusieurs jours après ça.
Molly avait dû rentrer chez elle, et sans qu'on ne sache trop comment, la nouvelle s'était très vite répandue dans tout Pagford. « La fille de Leonce Vause est lesbienne ! - C'est pas vrai ?! » Nicky s'était imaginée des millions de fois ces colportages. Elle supposait que c'était sa mère et sa sœur qui en avaient parlé autour d'elles, ces deux là ne savaient pas tenir leur langue, toujours ce besoin insensé de toujours vouloir raconter leur vie à qui voulait bien les écouter, sans jamais réfléchir aux conséquences. C'était Leonce qui n'avait pas été content quand leur voisine s'était mise à lui parler de la cousine de sa tante à qui il était arrivé la même chose avec son fils et que la nouvelle de son homosexualité l'avait complètement anéantie. Dans quelle époque vivaient ces gens ?
Ce petit évènement creusa un fossé énorme entre Nicky et son père. La demoiselle eut beaucoup de mal à digérer la réaction du chef de famille. Elle continua le lycée et ce fut au cours de cette dernière année qu'elle se teint les cheveux en noir et se perça la narine. Elle disait que c'était parce qu'elle trouvait ça cool, mais la vérité c'était juste qu'elle avait trouvé l'occasion de faire un nouvelle affront à son père. Arborer ce look de rebelle à Pagford était un véritable plaisir pour Nicky, elle sentait bien tous les regards se tourner à son passage, les sourcils des vieilles dames se hausser « Mais elle est pas bien celle-là ! » C’était exactement pour cette raison que cela agaçait son père. Alors elle continua sa crise d’adolescence, elle faisait tout pour détruire l’image de sa si gentille petite Nini, innocente et serviable, pour lui donner une image plus sombre de la Nicky dépravée. C’était devenu un jeu extrêmement amusement pour elle, à se demander si tout cela n’était pas qu’un personnage qu’elle interprétait, exprès pour énerver son père. Et puis vint l’entrée à l’université…

Surprise, Nicky fut acceptée à l’université de Cambridge en littérature. Avait-on besoin d’expliquer qu’il s’agissait de l’une des prestigieuses universités du pays ? Et pas que d’ailleurs… Nicky était fière, et la première chose qu’elle avait fait en apprenant la nouvelle, c’était d’appeler son père, comme si elle était redevenue la petite Nini, elle l’avait toujours été dans le fond. Mais quand elle lui avait appris l’incroyable nouvelle, ce con n’avait su que répondre, sans une once d’enthousiasme : « Si tu crois que tu vas impressionner qui que ce soit comme ça. » Pourquoi avait-il fallu qu’il agisse de la sorte ? Sa réaction eut un effet dévastateur sur Nicky qui remballa bien rapidement sa joie.
Sa mère fut bien plus heureuse d’apprendre la nouvelle, elle ne parla que de ça pendant tout l’été. Nicky se souvient d’avoir passé les vacances à faire les boutiques avec sa mère qui voulait absolument lui refaire sa garde robe pour la rentrée. Celle-ci ne cessait de répéter : « Tu sais ton père joue juste au con, en réalité il est vraiment très fier de ton admission, on l’est tout les deux. » Apparemment ça ne convaincu pas trop Nicky, elle ne finit jamais sa scolarité à Cambridge… Encore une fois, elle avait trouvé le moyen de décevoir son père.

• • •

Et voilà comment on en arrive à aujourd’hui.
Nicky, après avoir vécu quelques années à Cambridge à sécher les cours, dut se faire une raison et retourner chez ses parents. En réalité, ce ne fut pas de son libre arbitre, elle avait abandonné l’université et n’avait pas osé le leur dire. Ils finirent par le découvrir et la menacèrent de lui couper les vivres si elle ne rentrait pas. Elle n’eut pas trop le choix...
Pagford ne lui avait pas manqué. Et dès son retour ses parents lui firent bien comprendre à quel point ils étaient déçus. Le pire dans tout cela c’est qu’ils avaient raconté à la ville entière que leur fille faisait de brillantes études et qu’elle était promise à une grande carrière… Et elle revenait ici, sans diplôme, les mains dans les poches, l’air toujours aussi dépravé. « On a l’air de quoi nous maintenant ? » Ne cessait de répéter son père. Nicky s’en foutait un peu, elle comprenait leur embarra, mais se disait qu’il y avait pire. Au fond elle était surtout triste de voir à quel point ses parents ne se préoccupaient que des apparences.
Elle trouva un job de vendeuse dans la petite librairie installée fraichement sur la grande place de Pagford. Son père n’avait cessé d’en parler en disant que c’était superbe de voir des petits commerces se développer dans la chère ville… Eh bah que dalle ! Quand elle lui annonça qu’elle y travaillerait cela ne le fit pas sourire du tout. Mais c’était plutôt tant mieux, pour Nicky le bonheur de son père était la dernière de ses priorités.

La mort de Charles Statton ne fit pas beaucoup d’effet à Nicky, elle n’était pas quelqu’un de spécialement investie dans Pagford et n’en connaissait que très brièvement les personnalités. Ce qu’elle savait, c’est que son décès n’était pas une si mauvaise chose pour son père. Oh oui, elle l’avait vu sourire le jour de l’annonce de sa mort, lorsque Johanne avait soudainement lâché après une courte réflexion : « Mais, chéri… Cela veut dire qu’il y a une place vacante au conseil paroissiale ? Tu sais s’ils comptent faire une élection ? » Son père était profondément contre les projets de Charles Statton, il fallait faire de l’école un complexe hôtelier selon lui, et puis il avait toujours vu d’un mauvais œil les habitants des Champs. Son rêve depuis tout temps était d’intégrer le conseil paroissial, était-ce pour lui enfin l’occasion ? Ce soir-là, Nicky n’avait rien dit alors qu’elle adorait ouvrir sa gueule dès qu’elle avait une remarque à faire, elle avait mangé silencieusement mais dans sa tête la question de sa mère raisonnait. Papa voulait se présenter, elle l’avait compris à la seconde où il avait répondu, l’air pensif : « Hum oui je pense qu’ils feront des élections, sans doute… » Tout cela ponctué un petit sourire béat. Il n’avait plus prononcé un mot, seul Nicky semblait s’en être aperçu, et elle ne l’avait pas quitté des yeux de tout le repas.
La possible candidature de son père au poste de président du conseil préoccupait bien plus Nicky qu’elle ne l’aurait cru. Elle était partagée entre deux sentiments très distincts, l’un de ruiner toutes ses chances d’atteindre son but, l’autre était une sorte d’envie de l’aider, de rétablir le lien qu’elle avait brisé entre eux durant son adolescence en l’assistant dans ces élections… Mais lequel de ces deux sentiments allaient prendre le dessus ?


Derrière l'écran

Bonjour, je m'appelle Lucile , j'ai 18 ans , j'habite à Paris  et je suis une fille . J'ai découvert le forum en en y créant Iz. Sinon, j'aimerai ajouter que !


© the casual vacancy - yellowtardis



Dernière édition par Nicky Vause-Simons le Ven 5 Juin - 13:10, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford

Dossier
CV:
Rps:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas    Lun 1 Juin - 23:07

Damn you bad girl, je t'aime déjà

_________________
    On devrait se taire.

    Il faudrait tout redéployer pour retrouver l’enchantement d’avant. Parce qu’il y avait bien un enchantement, pas vrai ? Je veux dire, ça ne peut pas être ça la vie : avoir mal et s’habituer à avoir mal ? Gérer l’ennui perpétuel, le manque d’enthousiasme. Je veux dire comment ils font les autres ? Ou bien si c’est ça, moi je ne sais pas si je suis capable ©️endlesslove

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of The field

Dossier
CV:
Rps:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas    Mar 2 Juin - 0:09

YEAH NICKY ♥

_________________
They say that time's supposed to heal ya, But I ain't done much healing, When we were younger and free, I've forgotten how it felt before the world fell at our feet adele
HELLO

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of The field
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas    Mar 2 Juin - 0:19

Moi aussi je t'aime déjà

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas    Jeu 4 Juin - 2:08

J'ai fini de rédiger ma fiche
Je ne sais pas trop si ce que je propose avec le personnage du père de Nicky peut convenir aux intrigues que vous avez prévu pour le fofo... Bref, du coup, si je dois modifier des choses il n'y a pas de soucis !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of The field

Dossier
CV:
Rps: Disponible
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas    Jeu 4 Juin - 19:28

J'adore cette petite rebelle Very Happy

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas    Ven 5 Juin - 13:08

Oh merci Yannou

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford

Dossier
CV:
Rps: Disponible
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas    Ven 5 Juin - 13:23

Oh jolie fille haute en couleur !
J'ai beaucoup aimé la fiche de ton nouveau perso ♥

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas    Sam 6 Juin - 12:42

Han merci Alan

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford

Dossier
CV:
Rps:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas    Lun 8 Juin - 19:26

J'ai dévoré ta fiche !!
Et du coup, Hippolyte va avoir une collègue, ça sent le lien sympa :D
Je valide Nicky sur le champ *^*

_________________
    On devrait se taire.

    Il faudrait tout redéployer pour retrouver l’enchantement d’avant. Parce qu’il y avait bien un enchantement, pas vrai ? Je veux dire, ça ne peut pas être ça la vie : avoir mal et s’habituer à avoir mal ? Gérer l’ennui perpétuel, le manque d’enthousiasme. Je veux dire comment ils font les autres ? Ou bien si c’est ça, moi je ne sais pas si je suis capable ©️endlesslove

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas    Lun 8 Juin - 19:28

Han on est collègue ?
Merciii contente que ma fiche te plaise

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas    


Revenir en haut Aller en bas
 

Nicky ★ les grandes filles ne pleurent pas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ENIGMES DES 3 PETITES FILLES
» Les Grandes Ecoles
» Les Grandes Familles du Lyonnais-Dauphiné
» Quizz pour les filles : quelle roliste etes vous ?
» Les Pédo Filles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The casual vacancy :: Bienvenue à Statton :: Dossier d'admission :: Dossier validés-
Membre du mois

Jack o'Benrose