AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 duo de biches • Hippo & MJ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message

avatar

Inhabitants of Pagford
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: duo de biches • Hippo & MJ   Ven 26 Juin - 21:19


   
   
need you tonight, i feel alone, getting drunk together

   Un pied derrière l’autre, on grimpe. Pas facile de grimper une bouteille de vodka dans la main et l’autre agrippée à la gouttière. Mais MJ avait pris pour habitude de ne jamais avoir peur des situations les plus alambiquées, il fallait avancer et surtout ne pas regarder en bas, c’est ce qu’ils disaient dans les films alors elle y croyait.
Une étonnante odeur de dissolvant et de parfum lilas la suivait, tandis qu’elle sentait ses ongles manucurés avec soin se craqueler légèrement à mesure qu’elle grimpait.
Il n’y avait pas beaucoup à monter, un étage et demi, rien de bien difficile en soit, sauf quand on porte un leggins en skaï moulant et un top coupé au-dessus du nombril aux manches courtes, sans compter sur ses compensées roses fushia aux talons gigantesque.
Ce look lui donnait la fâcheuse capacité d’être repéré de loin, mais il ne fallait pas se leurrer c’était ce que MJ aimait aussi au fond, ne pas passer inaperçu, comme une manière de faire un doigt d’honneur discret à cette ville si joliment polie et toujours bien entretenue. Elle était d’ici, sa famille était respectée, elle portait un nom qui, bien qu’il ne fut pas celui des personnes de qui elle se sentait le plus proche, apportait beaucoup de respect dans Pagford. Mais ce look était aussi son bouclier, sa parure pour donner du mord aux mégères et éviter qu’elles ne se penchent trop sur la relation que son père et sa mère entretenait et ne lui rappelle qu’elle n’était que le fruit d’une erreur.
Enfin la lumière de la chambre d’Hippolyte Hebert, son partenaire de crimes favoris se refléta sur ses boucles décolorées.
Hippolyte, elle le connaissait depuis toute petite, avant qu’elle ne parte à Londres, et elle l’avait retrouvé à son retour il y avait cinq ans maintenant. En quelques sortent, ils ne se lâchaient plus depuis, et bien qu’ils soient très différent l’un de l’autre, Mary-Jane ne pourrait souffrir de ne plus le considérer dans ses amis.
Frappant contre la vitre tout en brandissant la bouteille, un grand sourire lui barrant le visage, elle attendit de voir débarquer la touffe de cheveux raides et en bataille de sa biche.

« MA BIIIIIICHE ! ON A QUELQUE CHOSE A FETER CE SOIR ! »

Son cri perçât la tranquillité du petit hameau dans lequel se trouvait l’appartement d’Hippolyte. Nul doute qu’il viendrait en catastrophe lui ouvrir afin de ne pas réveiller les voisins, Hippolyte était comme ça, toujours un peu stressé, toujours un peu soucieux, c’était aussi pour cela que la petite Sommerset l’aimait autant, car il réagissait toujours à l’opposé d’elle. Ca la rassurait quelque part d’avoir quelqu’un qui semble toujours se soucier de quelque chose, et surtout ce soucier d’elle lorsqu’elle était là.
Sentant qu’elle était en déséquilibre sur la gouttière, MJ tenta d’attraper le rebord de la fenêtre tandis que son visage changeait d’expression, sa bouche formant un « o » bien dessiné et ses sourcils s’arquant quelque peu. Une bourraque de vent lui emporta plusieurs mèches qui vinrent lui barrer la vue, ce qui entrainait une succession de jurons peu avenants dans la bouche d’une si jeune demoiselle.
Il était temps qu’elle entre et se pose prêt de son ami, car si elle finissait par tomber là, comme un oiseau en déséquilibre, après cette journée merdique, selon ses propres dires, elle finirait très certainement par noyer son désespoir dans sa glace préférée banane, caramel et éclat de noisette, ce qui n’était pas une bonne idée pour deux raisons : 1) cette glace n’était réservée qu’aux cas d’extrême urgence, et de 2) ses cuisses ne lui pardonneraient jamais un tel affront au régime drastique qu’elle faisait depuis quelques jours et qui n’avait pas eu grande efficacité. Il fallait dire que sa consommation de bonbons et de chips dans le salon ne devait pas non plus être très recommandée.

« OUUUUVRE JE VAIS M’ECRASER COMME UNE CREPE TU AURAS MA MORT SUR TA CONSCIENCE HIPPOLYTE HEBERT ! »

Mais où était-il ? Ce n’était pas comme si son appartement était si grand, et puis la lumière prêt de son lit était allumée, elle le voyait d’ici, où était donc son prince charmant des mauvais jours ? Lui dont elle avait tant besoin ce soir.
   

   made by LUMOS MAXIMA
   

_________________

Les femmes ont à leur disposition deux armes terribles, les fards et les larmes, heureusement pour les hommes elles ne peuvent pas s'en servir en même temps. MM
SI TU ME FUIS JE TE SUIS ! © PUMPKIN.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford

Dossier
CV:
Rps:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: duo de biches • Hippo & MJ   Dim 5 Juil - 21:08

Duo de biches
MJ ∞ Hippolyte
Rien à signaler. Hippolyte se trouvait là, devant le miroir de sa salle de bains, le regard un peu vide et la bouche pleine de dentifrice. La vieille radio à côté de lui grésillait, laissant avec grande difficulté entendre quelques notes de musique hasardeuse alors que, du bout des doigts, le garçon maintenait l’antenne vers la gauche. Bizarrement Hippolyte aimait bien cet objet en bout de course, il lui trouvait un charme fou et n’était nullement déranger par le fait qu’il faille bien souvent le placer dans des positions improbables si on souhaitait tirer quoi que ce soit de lui. Il avait toujours défendu vaillamment la vie du petit poste dont sa mère souhaitait la mort et craignait toujours qu’elle ne s’en débarrasse derrière son dos. C’était une manie, une vilaine lubie, pour Hippolyte chaque objet avait une vie et représentait bien plus que son apparence. Aussi, cette radio, elle était là depuis son plus jeune âge et pour rien au monde il n’aurait voulu qu’elle disparaisse du paysage. C’était idiot, il en avait un peu conscience, mais la peur de voir quelque chose de rassurant s’en aller était là, bien ancré, et il aimait bien trop le goût de la nostalgie pour pouvoir s’en passer.

À Pagford, Hippolyte était servi. Rien ne changeait, rien n’évoluait. Immobile, le petit hameau présentait à chaque saison le même paysage et le garçon avait rarement du déplorer un quelconque changement dans les environs. Il aimait ses petites habitudes, prenait un plaisir certain à voir qu’à la même heure tel voisin fermait ses volets tandis que quand les aiguilles se positionnaient d’une autre manière, telle la voisine allait systématiquement chercher le pain. Il souriait alors bêtement comme un enfant heureux, il n’en fallait pas beaucoup pour satisfaire Hippolyte…

D’aucuns ici aurait souligné la tristesse de ce quotidien, pourtant Hippolyte le trouvait poétique. Et puis jamais il ne manquait de trouver le petit détail qui faisait que, malgré tout, cette journée était différente d’une autre. Il aurait volontiers pu bavarder longtemps sur le sujet mais doutait de trouver un interlocuteur qui veuille l’écouter à ce propos. Il n’était pas rare qu’on jette l’éponge quand on avait affaire au grand bavard qu’il était et, à son grand damne, la plupart des gens évitaient de pousser trop loin la conversation avec lui. Faute d’avoir donc une personne face à lui à qui faire partager les grands débats qui le turlupinaient, il débâtait longtemps avec lui-même et n’était jamais en panne d’inspiration pour cela.

La radio s’éteignit et, alors qu’il grommelait en crachant le dentifrice dans le lavabo, il crut entendre qu’on l’interpellait. L’objet entre les mains, il fronça les sourcils en approchant le hautparleur de l'objet de son oreille avant d’entendre cette fois ci clairement la voix de MJ Sommerset venant de bien plus loin. Il l’aurait reconnu entre milles.

- Mais qu’est ce que… !

Courant dans sa chambre qui juxtaposait la salle d'eau, c’est là qu’il l’aperçut, en équilibre sur les rebords de sa fenêtre. Les yeux écarquillés, il balança la radio dans un coin de la pièce (peut-être bien serait-il finalement le responsable de sa fin) et alors que sa bouche s’ouvrait se refermait sans qu’il n’arrive à articuler le moindre mot, il se précipita vers son amie dans un état de panique indescriptible.

- Non mais chut chut chut qu’est ce que tu – mais - bordel MJ !!

Arriva-t-il enfin à lâcher alors qu’il ouvrait les battants et tirait la belle métisse dans sa chambre.

- Ca va ?! Mais qu’est-ce qui t’a pris, sérieusement t’es pas bien, t’es pas bien du tout, c’est comme ça que je t’aime mais t’es vraiment pas bien du tout !

Se précipitant pour refermer les fenêtres, ne sachant trop s'il fallait s’attarder à repérer un quelconque témoin de la scène, il ne s’arrêta pas en si bon chemin traversa à nouveau sa chambre pour fermer sa porte tout en formulant avec intensité le souhait que ses parents qui dormaient au rez de chaussé n’aient rien entendu. Prenant en compte que rien ne perturbait le sommeil de Victorin et que Cathy avait besoin de somnifère pour le trouver, ils étaient normalement tranquilles. Plongeant sa main dans sa tignasse emmêlée, Hippolyte s’arrêta et se retourna vers l’esthéticienne, c’est là qu’il découvrit la bouteille que MJ tenait fièrement entre les mains et qu’il comprit qu’il n’était pas au bout de ses surprises.

- Bon, c’est quoi ça, sinon ? Tu… Enfin je sais pas il aurait pu t’arriver un truc là t’en as conscience quand même, non ? Et puis comment t’as réussi à manœuvré alors que t’avait une bouteille dans la main franchement t'aurai pu...!

Se rendant compte qu’il haussait le ton sur le coup de la panique, il plaça instinctivement son doigt sur sa bouche pour se taire, et surtout se calmer. Bon. Il fallait peut être lui laisse la parole si il voulait comprendre cette intrusion nocturne.
     
Code by Silver Lungs

_________________
    On devrait se taire.

    Il faudrait tout redéployer pour retrouver l’enchantement d’avant. Parce qu’il y avait bien un enchantement, pas vrai ? Je veux dire, ça ne peut pas être ça la vie : avoir mal et s’habituer à avoir mal ? Gérer l’ennui perpétuel, le manque d’enthousiasme. Je veux dire comment ils font les autres ? Ou bien si c’est ça, moi je ne sais pas si je suis capable ©️endlesslove

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: duo de biches • Hippo & MJ   Dim 16 Aoû - 10:51


   
   
need you tonight, i feel alone, getting drunk together

     Pas de panique. C’était certainement ce que toute la population de Pagford avait envie de donner comme conseil à Hippolyte Hebert, en tout cas à cette simple pensée MJ se fendit d’un sourire gigantesque. Il était là en train de la tirer par le bras à l’intérieur de la chambre avant de vérifier que personne ne l’avait entendu ou qu’elle avait fait aboyer un quelconque chien à cause de ses vociférations avant de vociférer à son tour, comme si l’adage « fais ce que je ne dis ne fais pas ce que je fais » était tout aussi valable pour lui que pour le reste des personnes qui entouraient la demoiselle. A commencer par sa mère, mais ça c’est une autre histoire …
MJ repoussa la mèche vagabondes qui lui chatouillait le nez avant d’aller s’asseoir paisiblement sur le lit de son ami, attendant que ce dernier ne se calme de lui-même, ce qu’il fit quelques secondes plus tard, posant un doigt sur sa propre bouche et essayant de reprendre son souffle et ses esprits.
La jeune Sommerset brandit sa bouteille avec un air de triomphe démesurer. Elle avait deux choses à fêter, la première était d’ordre professionnel, ce qui en règle générale signifiait pour MJ qu’elle pas collé les doigts de pieds d’une de ses clientes avec le vernis à ongle, mais aujourd’hui était une journée bien différente, car pour contrebalancer la seconde nouvelle il fallait bien qu’il y en ait une bonne dans le lot. Allez savoir pourquoi MJ sentait qu’Hippolyte n’allait pas considérer la bonne de la mauvaise nouvelle de la même manière qu’elle, c’est pourquoi elle préférait ne pas donner sa propre appréciation sur les choses.

« J’ai deux NOUVELLES ! Et je ne pouvais pas ne pas les partager avec ma biche préférée. Bien … »

MJ ouvrit la bouteille tout en continuant de parler, se laissant une microseconde de pause pour prendre une courte mais efficace respiration.

« J’ai eu une promotion au boulot et … J’ai rompu avec Dixon Potter. »

Dixon était, et de loin, la plus longue et la plus complexe des relations que Mary-Jane avait pu entretenir avec quelqu’un. Ils avaient rompus et c’était remis ensemble un nombre incalculable de fois depuis qu’ils avaient fêtés respectivement leurs seize ans. Il avait été la première fois d’MJ quelques jours avant qu’elle apprenne qu’elle n’avait pas été sa première fois, sans bien évidemment qu’il ne le lui annonce de lui-même. Il l’avait trompé, elle avait joué avec ses sentiments à le faire tourner en bourrique. Résultat cela faisait bien longtemps que plus personne ne prenait en considération leurs « ruptures », on les écoutait avec un regard patient tout en pensant à autre chose. Les amis d’MJ lui offrait une épaule distraite, les amies de Dixon se précipitaient chez lui dans les Champs pour aller vérifier si la place dans le lit était bien libre, bref … amour gloire et beauté version Pagford, pas de quoi en fouetter une chèvre à première vue, sauf que aujourd’hui c’était différent …

« Enfin c’est pas moi qui ai rompu, c’est lui, enfin c’est nous … enfin c’est fini, et de toute façon je ne l’aime plus, c’est plus comme avant. J’en ai fini avec Dixon Hippo … Cette fois c’est bien fini. »

Les larmes pointaient de nouveau dans les yeux de la demoiselle qui s’efforçait de retenir ses sanglots. C’était certainement grâce à ce débit lacrymal décousus qu’elle avait obtenu une promotion, et quelle promotion, maintenant elle était quasiment cogérante de la boutique puisqu’elle avait les clefs !! Elle pouvait fermer le soir et ouvrir le matin sans attendre que sa patronne n’arrive perchée sur ses interminables talons, elle pouvait aussi choisir la musique qui passait dans le salon pendant une heure trente, soit le bout du monde pour MJ, ajouté à cela une augmentation de cinquante centimes de l’heure, au final la Sommerset devrait peut-être remercier Dixon au lieu de le maudire.
MJ avait envie d’une glace, mais elle n’en avait pas sous la main, tous ce qu’elle avait dans la main c’était sa bouteille de vodka ouverte, alors elle se rinçât la gorge avec une grande lampée. Avant de sourire à Hippolyte de toutes ses dents. Elle avait besoin d’un ami, mais surtout de se changer les idées. Au fond elle n’avait même pas le cœur brisé, pas de sentiments d’abandon ou une tristesse lier à la rupture d’un quelconque sentiment. Juste une rage profonde d’avoir foutu en l’air une bonne poignée d’année avec un enfoiré qui lui avait pourrit la vie plus qu’autre chose. C’était à la fois une frustration sans nom et un sentiment d’impuissance qu’elle ne supportait plus. Une chose était sûr à partir d’aujourd’hui, elle ferait ses choix elle-même, sans prendre en compte les sentiments qu’elle a pour les autres, il fallait un peu qu’elle pense à sa gueule après tout. Et pour le moment ce qu’elle voulait par-dessus tout c’était ce soûler avec Hippolyte et voir de quoi demain sera fait.
   

   made by LUMOS MAXIMA
   

_________________

Les femmes ont à leur disposition deux armes terribles, les fards et les larmes, heureusement pour les hommes elles ne peuvent pas s'en servir en même temps. MM
SI TU ME FUIS JE TE SUIS ! © PUMPKIN.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: duo de biches • Hippo & MJ   


Revenir en haut Aller en bas
 

duo de biches • Hippo & MJ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» prono hippo turf
» Vu sur le net
» Jesliedolls ♥
» [Collection] de Hippo Brick
» Hippopotame

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The casual vacancy :: Pagford :: Abords du centre :: Habitations-
Membre du mois

Jack o'Benrose