AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Alma ☼ Cayó la luna se apaga el farol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message

avatar

Inhabitants of The field
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Alma ☼ Cayó la luna se apaga el farol   Lun 21 Sep - 10:04







Alma Pilar Herrera Velazquez

Feat. Oona Chaplin



Nom • Herrera Velazquez Prénom • Alma Pilar Date de naissance • 19 juin 1986 Âge • 29 ans Situation • En couple Orientation • Homosexuelle Activité • Conductrice de la navette entre les champs et Sweetlove House, coiffeuse dans le salon familiale plus ou moins légalement le reste du temps Résidence • Les champs Membre du conseil • non Qualités • détérminé / avenante / indépendanteDéfauts • susceptible / rancunière / sanguine On dit de moi • Que je suis une bonne fille quoi qu'un peu trop immature et bien trop bruyante, comme le reste de ma fratrie.  

Histoire

Madame P trottinait à travers les rues du quartier des Champs, rien n’avait vraiment changé depuis qu’elle y avait emménagé il y a de cela quelques décennies maintenant. Alors que le trottoir cabossé lui causait bien des soucis, elle réalisait tristement que la municipalité ne chercherait jamais à réparer ce petit bout de route chaotique. Ce qui était neuf ne le restait jamais longtemps ici, c’était un fait, tout semblait être condamné à être cassé, broyé, oublié, à l’image de ces gens entassés dans ces vieilles bicoques que nul n’avait jamais pris le temps de retaper.

Ces gens, elle les connaissait bien, madame P. Elle les voyait naitre, grandir, puis enfanter, et jamais ou bien trop rarement elle n’en avait vu un prendre son envol, quitter le nid, comme s'il leur était interdit de rêver plus loin, plus grand, comme si leur monde se résumait et se résumerait toutes leurs vies à ce quartier. Elle trouvait ça triste, madame P, si elle avait eu des enfants elle n’aurait jamais souhaité qu’ils restent confinés ici. Après quelques efforts, elle réussit à atteindre le porche de la maison 27.

De cette petite bâtisse s’échappait toujours une chaleur inhabituelle, sans qu’on ne puisse dans un premier temps savoir pourquoi, elle ne semblait pas s’harmoniser avec ses voisines. C’est là que résidait la famille Velazquez depuis les années 70. Refermant son petit parapluie rose, Madame p poussa le loquet rouillé de la demeure et traversa le jardin. Toujours, des jouets d’enfants abandonnés çà et là sur la pelouse, l’une des moins bien entretenu du quartier. Le chien de la fratrie dormait souvent à côté de sa niche, jamais à l’intérieur, si son rôle fut de garder la maison ses maîtres seraient bien embêté, cela faisait bien longtemps que les allé et venu des voisins ne l’affolait plus. Madame P avait une certaine affection pour cette bête un peu fripé, elle ne manqua pas de tapoter sa tête avant de monter les marches du perron.

On ne savait jamais bien si les Velazquez étaient en train de se disputer ou simplement de discuter quand on les entendait brailler à travers la porte d’entrée. Un grand éclat de rire au milieu des clameurs pouvait éventuellement nous éclairer sur la question. Anglaise qu’elle était, madame P ne se faisait pas toujours à ces nuisances sonores, mais comme il lui suffisait souvent de retirer son appareil auditif pour retrouver le calme, elle ne s’en formalisait plus. Malheureusement tous ici n’étaient pas aussi cléments qu’elle, on appréciait peu les conversations animées des Velazquez qui prenaient fin bien tard et reprenait trop tôt, ils n’avaient jamais été très populaires et peu de résidents des champs les avaient intégrés dans le voisinage. La famille ne semblait pas s’en formaliser. Et puis a défaut d’avoir convaincu les plus jeunes, l’ancienne génération ne rechignaient pas à se faire coiffer dans leur salon, ils en sortaient toujours satisfaits.

En voyant Madame P passer le cadre de la porte, Pilar, la doyenne de la famille, s’avança vers elle et posa ses grosses lèvres sur ses joues tandis que ses mains fortes serraient avec une poigne surprenante ses bras squelettique. Pilar avait beau être deux fois plus petite que Madame P, elle était aussi de mise deux fois plus grassouillette et si on imaginait un combat entre ces deux femmes d’un certain âge, on parierait plus facilement sur l’Espagne que sur l’Angleterre.

Madame P était toujours fasciné par la décoration de la maison 27. Ci et là des bondieuseries faisaient office de décoration au milieu des milliers de photos de famille. Les Velazquez étaient de fervents croyants, Pilar en tête d’affiche qui ne manquait jamais de se rendre à l’Eglise et qui n’hésitait pas à faire la route entre les champs et Pagford. Elle y allait toujours dans ses plus belles tenues ce qui ne manquait jamais de faire rire sous cape ceux qui la croisaient lors de son ascension vers la bâtisse religieuse, nulle n’aurait pourtant réussi à en rire à gorge déployée devant elle, tous ici craignaient un peu cette femme au tempérament difficile et il était une règle d’or qui voulait qu’on ne se la mette jamais à dos.

De sa voix autoritaire, la doyenne appela Alma et madame P ne put s’empêcher d'être rassurée. Elle avait beaucoup d’affections pour la dernière petite fille de Pilar, elle n’était certes pas la meilleure coiffeuse de la maison mais avait un entrain tel qu’elle vous collait souvent un sourire sur les lèvres qui ne vous quittait plus pendant des heures. Quelques secondes plus tard, elle déboulait des escaliers et alors qu’elle l’invitait à rejoindre le salon installé dans la maison, Pilar retourna devant la télé. Madame P suspectait qu’on ne puisse monter le son de l’engin plus fort.

Le salon était minuscule, les Velazquez avaient utilisé leur ancien bureau et l’avait aménagé de sorte qu’on se croie, plus ou moins, dans un vrai studio de coiffure. À défaut d’avoir des posters de sponsor, la famille avait maladroitement arraché des pages dans divers magazines de modes et les avait collés aux murs. Ils n’avaient pas renouvelé la décoration depuis les années 90 ce qui créait un certain décalage avec ce qu’on faisait aujourd’hui. Alma s’empressa dans la petite pièce pendant que Madame P l’observait avec attention. La jeune femme portait encore une tenue aux couleurs criarde et mal assortie, d’aucuns auraient certainement dit qu’elle était vulgaire pourtant il émanait d’elle une telle innocence qu’on ne pouvait que croire que cela ne fut absolument pas réfléchi de sa part.

Cette gamine n’avait pas quitté le cocon familial. Elle était la quatrième et dernière fille de Lucia, fille de Pilar, qui résidait elle aussi dans la maison 24. Alma avait perdu son père alors qu’elle avait un peu moins de dix ans, Madame P se remémorait tristement de cette tragédie qui avait soulevé trop peu de compassion dans le quartier. Décédé sur un chantier, Miguel avait laissé derrière lui une petite fille triste qui s’était mutée plus tard en la jolie jeune femme au sourire ravissant qui se dressait devant elle aujourd’hui.

Alma n'était pas très cultivée mais démontrait une certaine curiosité, elle était toujours avide d'apprendre de nouvelles choses bien qu'elle ne les retienne que bien rarement. Madame P ne manquait jamais de la corriger sur certains faits historique, de la reprendre quand elle s'exprimait maladroitement et espérait lui donner le goût des études, son vœu le plus cher était qu'elle les reprenne sérieusement. Comme ses frères et sœurs elle avait quitté l'école trop tôt, le système n'étant pas vraiment conciliant avec ceux qui présentaient des difficultés, Alma avait préféré faire sa "propre éducation" comme elle s'amusait souvent à le dire.

Néanmoins, celle qui s'en était réellement chargé n'était autre que Pilar qui semblait avoir une influence extraordinaire sur Alma. L'admiration et la crainte se lisaient dans les yeux de la plus jeune qui était la première à se présenter quand sa grand-mère avait besoin de quoi que ce soit. Madame P avait eut de nombreuses occasions de se rendre compte avec quelle force la doyenne régissait la vie de sa petite fille et elle avait à plusieurs reprises était témoin de sa volonté que cette dernière se trouve quelqu'un. Au grand chagrin de Pilar on ne connaissait aucune amourette à Alma qui maintenait qu'elle voulait rester indépendante et que le mariage ne l’intéressait pas. En silence, Madame P la soutenait et elle espérait qu'on ne dompte pas le tempérament de sa petite protégée de si tôt.

- J'ai pris une décision importante hier. Annonça Alma, tirant Madame P de ses songes. Je vais me présenter au conseil de Pagford.

La vieille dame regarde la coiffeuse hébété, étonné du nouveau combat qu'elle avait décidé d'entreprendre et bien incapable de lui répondre quoi que ce soit. Elle doutait que les habitants acceptent qu'une petite femme venu des champs prenne la place vacante qu'il cherchait à combler mais... Elle pressa la main de l'espagnole et approuva d'un signe de tête, comme pour lui confier tout son soutient dans cette entreprise.

Tout ce qui permettrait à Alma de s'évader était bon à prendre et tout ce que madame P désirait fût que jamais on ne brise, casse ou souille le jolie sourire de cette jeune femme.


Derrière l'écran

Bonjour, je m'appelle Nastia , j'ai 24 ans , j'habite en région parisienne  et je suis une mademoiselle . J'ai découvert le forum en fle façonant. Sinon, j'aimerai ajouter que cette fois je le tiens mon DC !


© the casual vacancy - yellowtardis


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of The field

Dossier
CV:
Rps:
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Alma ☼ Cayó la luna se apaga el farol   Lun 21 Sep - 13:16

La belle Alma *^* ♥️
Bienvenue à ce petit personnage, je suis heureuse comme tout de voir ton DC, elle a l'air tellement chouette il va me falloir tout plein de liens ♥️

Allez je te valide sans plus attendre
Bienvenue dans la Team Pink des badboys des champs

_________________
They say that time's supposed to heal ya, But I ain't done much healing, When we were younger and free, I've forgotten how it felt before the world fell at our feet adele
HELLO

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of The field

Dossier
CV:
Rps: Disponible
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Alma ☼ Cayó la luna se apaga el farol   Lun 21 Sep - 16:22

Chouette une voisine =)

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Inhabitants of Pagford

Dossier
CV:
Rps: Disponible
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Alma ☼ Cayó la luna se apaga el farol   Lun 21 Sep - 17:11

Reeee welcome !
Une Pinkette, c'est bien dans tout ce bleu !
Puis son job est trop classe !

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Alma ☼ Cayó la luna se apaga el farol   


Revenir en haut Aller en bas
 

Alma ☼ Cayó la luna se apaga el farol

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Charisma Sultana (Ellowyne Invisible Ink) l'amie de Luna est arrivee
» Alma de Lina-Marquez-Jones
» Présentation de Lilas Luna Sims
» teo luna dao
» Bababaloo's Luna Park / Gaming Room

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The casual vacancy :: Bienvenue à Statton :: Dossier d'admission :: Dossier validés-
Membre du mois

Jack o'Benrose